Top 7 des chanteurs maliens les plus célèbres

photo salif keita chanteur malien

Dans cet article, vous découvrirez sept artistes maliens parmi les plus célèbres en Afrique et dans le monde, témoignant de la diversité musicale du Mali. Leurs contributions à la scène mondiale, marquées par des succès internationaux et un engagement profond à leurs racines, reflètent l’essence de la musique malienne. Tous ont développé une capacité à mêler tradition et modernité, tout en conservant leur identité culturelle. Les artistes présentés ici, par leur talent et leur influence, continuent d’inspirer des générations entières, laissant un héritage musical indélébile et témoignant de l’importance de la musique malienne dans le paysage musical contemporain.

Salif Keïta

Né à Djoliba en 1949 dans une famille noble, Salif Keïta est un descendant direct du fondateur de l’Empire du Mali, Soundiata Keïta (XIIIe siècle).

Il vit une enfance solitaire et difficile, due à son albinisme. C’est dans la musique qu’il trouve refuge et réconfort. Il aime chanter ! Mais là encore, il se heurte à sa famille, car le chant est réservé aux castes des griots (poètes chanteurs et conteurs, qui transmettent la tradition orale du Mali), alors que lui est issu d’une lignée princière.

Il s’entête cependant, et en 1978, il créé sa propre formation, Les Ambassadeurs, dans laquelle il mélange musiques traditionnelles et orchestrations modernes.

Débute alors une carrière au-delà des frontières. Au fil des ans, Salif Keïta a collaboré avec de nombreux artistes internationaux, contribuant à élargir son influence et à promouvoir la musique africaine à l’échelle mondiale. Ses chansons abordent des thèmes variés, allant de l’amour et de la spiritualité à l’injustice sociale et à la lutte pour les droits des albinos. Son travail novateur a été salué par de nombreux prix et distinctions, dont plusieurs Grammy Awards.

Son héritage musical continue d’inspirer des générations d’artistes et de passionnés de musique à travers le monde, faisant de lui une figure incontournable de la scène musicale contemporaine, et bien sur l’un des plus grand artistes maliens.

Ses meilleurs albums :

  1. « Soro » (1987): Salif Keita délivre un chef-d’œuvre mêlant airs mandingues et influences occidentales, établissant ainsi sa renommée mondiale.
  2. « Moffou » (2002): Un album incroyable dans lequel la voix émouvante de Keita se marie avec des arrangements acoustiques subtils. Une expérience musicale profonde et captivante.
  3. « La Différence » (2009): L’artiste aborde ici avec grâce des thèmes universels tels que l’acceptation de la différence, avec des mélodies superbes et des paroles poignantes.

Toumani Diabaté (père)

Toumani Diabaté, issu d’une longue lignée de griots, est considéré comme l’un des plus grands joueurs de kora, tout comme le fût son père avant lui. Ce musicien malien est né à Bamako en 1965. Il apprend à en jouer dès l’âge de cinq ans. A l’adolescence il commence à se produire en public, et sa carrière décolle en 1980 aux cotés de grands artistes comme Salif Keïta ou Taj Mahal.

La kora, cette harpe luth composée d’une calebasse et de 21 cordes venue d’Afrique de l’Ouest, a grâce à lui été popularisée à l’échelle mondiale. Le talent de Toumani Diabaté lui a permis de repousser les limites de la musique mandingue traditionnelle, et de collaborer avec nombres d’artistes internationaux. Il reste tout de même très attaché aux traditions de son pays, milite en faveur de la paix et des droits de l’homme, et s’attèle à transmettre son savoir aux jeunes générations.

En 2006, son album In the Heart of the Moon obtient le Grammy Awards du meilleur album traditionnel de musique du monde, et il en obtient un autre en 2011.

Il continue aujourd’hui d’inspirer de nombreuses personnes à l’international.

Ses meilleurs albums :

  1. « Kaira » (1987): Toumani Diabaté éblouit avec cet album emblématique, présentant sa maîtrise virtuose de la kora dans un mélange de tradition et d’innovation.
  2. « New Ancient Strings » (1999): Diabaté collabore avec le guitariste américain Taj Mahal dans un album fusionnant les sons de la kora mandingue avec le blues du Mississippi, créant ainsi un pont musical entre les continents.
  3. « Ali and Toumani » (2010): Une collaboration légendaire entre Toumani Diabaté et feu Ali Farka Touré, où la kora et la guitare se rejoignent dans une harmonie sublime, offrant des mélodies incroyables.

Sidiki Diabaté junior

Sidiki Diabaté, fils de Toumani Diabaté, est certainement l’artiste malien le plus connu de cette dernière génération. Diabaté est né à Bamako en 1992, il baigne dès l’enfance dans la musique, sur les traces de son père et de son grand-père (Sidiki Diabaté). Comme ses aieux, il se révèle rapidement être un virtuose de la kora.

Il est à la fois producteur, instrumentaliste, beat-maker et compositeur. Ce grand  chanteur et musicien joue principalement de la kora, mais aussi d’autres instruments comme la guitare et le piano. Il modernise la musique traditionnelle mandingue en la mélant à des sons rap ou électro.

Lui aussi nommé aux Grammy Awards en 2015, Sidiki Diabaté a réalisé plusieurs collaborations avec des artistes de renom de la scène musicale internationale.  En 2010, il reçoit le Hip Hop Awards du meilleur beat maker. C’est aujourd’hui l’un des musiciens les plus populaires d’Afrique.

Ses meilleurs albums :

  1. « Diabatéba Music » (2013): Sidiki Diabaté nous offre un premier opus envoûtant, mêlant traditions mandingues et mélodies contemporaines, dans un style musical révélant ainsi tout son talent de joueur de kora.
  2. « L’Enfant béni » (2017): Avec cet album, il continue de briller, offrant belles mélodies et rythmes entraînants, tout en explorant de nouveaux horizons musicaux.
  3. « Illuminé » (2020): Sidiki Diabaté confirme son statut d’artiste incontournable avec ce nouvel opus, où sa maîtrise de la kora et sa voix se marient à merveille avec des productions modernes et audacieuses.

Oumou Sangaré

Oumou Sangaré est née en 1968 à Bamako.  Elle est native du Wassoulou, région dont la tradition s’inspire des chants des chasseurs.

D’origine peule,  elle est une voix puissante et engagée de la musique malienne, souvent surnommée la « Diva de Wassoulou ». Soutenue par sa famille, elle commence à exercer sa voix à l‘âge de 5 ans, et après des années à chanter dans les rues, les mariages ou les baptèmes, elle enregistre son premier album, « Moussolou », en 1989.  Cet album rencontre un succès incroyable en Afrique de l’Ouest. Sa carrière internationale débute ensuite en 1992 et porte sa voix jusqu’au Maroc, au Japon, aux Etats-Unis, au Canada, ou en Europe. Dans ses chansons, elle dénoncer la polygamie, les mariages arrangés et les inégalités subies par les Maliennes, tout en célébrant la richesse culturelle et les traditions de sa région et de son pays.

En 2011, elle remporte un Grammy Award de la meilleure collaboration pop avec vocal, dans le cadre de The Imagine Project de Herbie Hancock.

Son engagement et son talent ont fait d’elle une figure emblématique de la scène musicale africaine, et ses performances scéniques fascinantes ont conquis nombres de fans dans le monde.

Ses meilleurs albums :

  1. « Moussolou » (1990): Le premier album d’Oumou Sangaré, icône de la musique malienne, a secoué les traditions avec ses paroles audacieuses et ses airs envoûtants, devenant instantanément un classique du genre.
  2. « Ko Sira » (1993): Sangaré continue d’impressionner avec cet album, explorant des thèmes sociaux et politiques tout en maintenant son engagement envers la tradition musicale wassoulou. Une expérience musicale riche et captivante.
  3. « Mogoya » (2017): Un album qui mêle habilement tradition et modernité, démontrant  l’évolution musicale  d’Oumou Sangaré, tout en conservant son identité unique.

Fatoumata Diawara

Fatoumata Diawara est née en 1982 dans une famille d’artistes. Après avoir entamé une carrière dans le cinéma, c’est en 2002 qu’elle comprend que la musique est sa véritable passion. Elle fuit un mariage forcé et rejoint la troupe Royal de Luxe, avec laquelle elle commence à chanter sur les scènes du monde entier.

C’est une artiste puridiscplinaire : elle est auteure, compositrice, interprète, danseuse, guitariste, et comédienne !

En 2007, elle tient par exemple le rôle de la sorcière Karaba dans la comédie musicale « Kirikou et Karaba ». Sa musique entre tradition et modernité, mélange afro-pop, blues, jazz, hip-hop, afrofuturisme, rythmes wassolou et techniques vocales d’Afrique de l’Ouest.

Elle est nominée aux Grammy Awards en 2018.

Elle utilise sa notoriété pour sensibiliser aux questions sociales et politiques en Afrique et dans le monde, comme pour les droits des femmes et contre l’excision.

Ses meilleurs albums :

  1. « Fatou » (2011): Son premier album solo est encensé pour sa fusion de sonorités africaines traditionnelles et de influences contemporaines, porté par la voix charismatique de Diawara et ses compositions fascinantes.
  2. « Fenfo » (2018): Diawara impressionne à nouveau avec cet album riche en émotion, explorant des thèmes universels à travers des chansons pleines de soleil et des arrangements subtils.
  3. « Kokoro » (2022): Son dernier opus est salué pour sa profondeur émotionnelle et son créativité, offrant un voyage musical immersif où les rythmes traditionnels rencontrent des sonorités contemporaines.

Ali Farka Touré

Ali Farka Touré est né en 1939 à Kanau, et mort en 2006 à Bamako après plus de 50 ans de carrière.

La musique est mal vue dans sa famille. Il s’en passionne pourtant dès le plus jeune âge, et se forme très tôt à la guitare. Au fil des rencontres et de ses apprentissages autodidactes, il décide de faire de la musique sa voie dès la fin des années 50.

C’est à la fin des années 60 qu’il découvre la musique noire américaine, plus particulièrement le blues, et c’est pour lui une vraie révélation. Sa musique lui value le surnom de « John Lee Hooker américain ».

Son premier album solo, « farka », sort en 1976 et connait un véritable succès. A la fin des années 80, les tournées s’enchainent à travers le monde.

Mais malgré sa notoriété, il reste très attaché à ses terres et passera ensuite la majeure partie de son temps

Son blues touareg mèle les traditions musicalese du Mali et le blues américain.

 

Ses meilleurs albums :

  1. « Talking Timbuktu » (1994): En collaboration avec Ry Cooder, Touré fusionne brillamment le blues du Mississippi avec les traditions musicales maliennes, créant un album iconique qui dépasse les frontières culturelles et géographiques.
  2. « Savane » (2006): Dans cet album posthume, Touré livre une dernière œuvre d’une profondeur émotionnelle remarquable, toujours mêlant identités africaines authentiques et influences blues, captivant l’auditeur jusqu’à la dernière note.
  3. « Ali and Toumani » (2010): Un duo magique entre feu Ali Farka Touré et Toumani Diabaté. Un album qui réunit deux géants de la musique malienne pour une exploration intime des sonorités traditionnelles de leur pays.

Rokia Traoré

Rokia Traoré, née le 24 janvier 1974 à Kati dans la banlieue de Bamako au Mali, est une chanteuse, auteure-compositrice-interprète et guitariste malienne. Sa discographie comprend six albums sortis entre 1998 et 2016.

Rokia Traoré, née le 24 janvier 1974 à Kati dans la banlieue de Bamako au Mali, est unechanteuse, auteure-compositrice-interprète et guitariste malienne. Elle incarne une force artistique incontournable dans le paysage musical africain. Issue d’une famille où la musique était omniprésente, elle a rapidement été exposée à un mélange de tradition malienne et de modernisme occidental, influencée par les affectations de son père diplomate.

Dès ses débuts dans l’industrie musicale, Rokia Traoré a su se démarquer par son talent et par sa voix envoûtante. Son premier album, « Mouneïssa », sorti en 1998, a marqué le début d’une carrière riche en succès et en récompenses. Sa musique imprégnée de son héritage culturel, a rapidement trouvé un écho au-delà des frontières du Mali, captivant des publics divers à travers le monde entier.

Avec certains de ses albums,  Rokia Traoré a su repousser les limites de la musique africaine en fusionnant habilement des sonorités traditionnelles avec des influences contemporaines. Ses compositions, imprégnées d’émotions et de profondeur, reflètent son engagement envers sa terre natale et son exploration constante des richesses musicales de l’Afrique.

Au fil des ans, elle a été récompensée par plusieurs distinctions prestigieuses, comme par exemple le prix des World Music Award de la BBC Radio en 2003. Son engagement envers des causes sociales et son rôle en tant qu’ambassadrice culturelle ont également contribué à faire d’elle une figure emblématique, inspirant des générations d’artistes sur le continent africain et bien au-delà.

Avec son charisme sur scène et son talent indéniable, Rokia Traoré continue d’écrire l’histoire de la musique africaine, alliant tradition et modernité ave passion. Son parcours artistique impressionnant est le témoignage de sa place incontestée parmi les grandes légendes de la musique mondiale.

  1. Wouneïssa » (1998) : Son premier album, acclamé pour sa fusion unique de traditions maliennes et de sonorités contemporaines, a été largement salué pour son authenticité et son originalité.
  2. « Bowmboï » (2003) : Cet album de Rokia Traoré a été particulièrement apprécié pour sa collaboration avec le Kronos Quartet, qui a ajouté une dimension orchestrale superbe à la musique de Traoré.
  3. « Né So » (2016) : Son dernier album en date a été encensé pour sa profondeur émotionnelle et son engagement envers les sonorités africaines et occidentales, confirmant Traoré en tant qu’artiste talentueuse et pleine d’audace.

Les chanteurs maliens ont depuis longtemps été des ambassadeurs de la richesse musicale de leur pays à l’échelle mondiale. À travers leurs voix et leurs mélodies envoûtantes, ces artistes ont transcendé les frontières, touchant les cœurs et les esprits de milliers de fans à travers l’Afrique mais aussi à travers le monde entier.

Dans cet article nous avons exploré sept artistes chanteurs maliens parmi les plus célèbres, chacun apportant sa propre contribution unique à la scène musicale mondiale. De Salif Keïta à Oumou Sangaré, en passant par Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté junior, Fatoumata Diawara, Ali Farka Touré et Rokia Traoré, ces musiciens ont non seulement propulsé la musique malienne sur la scène internationale, mais ont également utilisé leur art pour aborder et militer pour des thèmes sociaux, politiques et culturels importants.

Leur héritage musical continuera d’inspirer les générations futures d’artistes et de mélomanes à travers le monde, témoignant de la puissance universelle de la musique pour unir, inspirer et transformer.

Partager cet article

0€ de frais* sur votre 1er paiement

Nos utilisateurs témoignent

Ouvrir la fenêtre de discussion
Scan the code
Bonjour 👋🏿 cliquez sur le bouton ci-après pour rejoindre le groupe